À propos

Un bâtiment dédié à la culture maraîchère est en cours de construction à Romainville, au cœur du quartier Marcel-Cachin, à proximité du centre-ville. Au printemps 2019, ce lieu unique en France accueillera une exploitation maraîchère, un centre de ressources et des espaces ouverts à tous les publics.

Engagée depuis 2011 pour le développement de l’agriculture urbaine sur son territoire, la Ville de Romainville a développé ce projet innovant afin de favoriser le développement d’une nouvelle filière économique, créatrice d’emplois, et d’assurer une forte sensibilisation des habitants à l’alimentation durable.

Un bâtiment innovant au service de l’ESS

Le bâtiment, composé de deux tours (la plus haute fera 24 mètres), a été imaginé par l’agence Ilimelgo, pour permettre développer une surface d’exploitation de 1000 m² et ainsi produire chaque année plusieurs tonnes de fruits, légumes, champignons, fleurs comestibles, plants, semences…

Cette serre verticale, multifonctionnelle et énergétiquement performante a pour vocation de mêler dans un lieu unique les multiples activités complémentaires qui s’organisent autour de trois axes :

  • Une exploitation maraîchère pour produire des fruits et légumes, des champignons, fleurs comestibles, plants, semences, etc. et compléter ainsi l’offre alimentaire issue des zones rurales avoisinantes vendues par le biais des marchés, Amap et épiceries spécialisées du quartier.
  • Un centre de ressources pour faire de Romainville le laboratoire de l’agriculture urbaine. Des actions de sensibilisation et de pédagogie destinées à tous les publics et des offres de formations techniques à l’agriculture urbaine pour des publics amateurs ou spécialisés, feront de la tour une vitrine des techniques innovantes employées dans l’agriculture urbaine.
  • Un espace de vente, de restauration et évènementiel pour complémenter et diversifier l’offre autour de l’agriculture urbaine et de l’alimentation durable. Des produits transformés issus des productions et des livres y seront vendus ; des événements (conférences, tables rondes, rencontres, séminaires…) y seront organisés.

Un projet économique et social ambitieux

La Ville est accompagnée dans ce projet par des experts de l’économie sociale et solidaire (ESS) pour faire émerger un projet ambitieux au service des habitants du territoire, créateur d’emplois locaux et de lien social.

Le projet apportera de nombreuses réponses  :

  • En matière d’emploi

Création de douze emplois : Pensée pour créer des emplois locaux et favoriser l’insertion des publics les plus éloignés du monde du travail, l’exploitation maraîchère permettra de développer de nouvelles compétences locales et des qualifications professionnelles à destination des habitants du territoire sur des métiers d’avenir.

Développement de nouvelles compétences locales à travers la qualification professionnelle des publics du territoire les plus éloignés de l’emploi pour des métiers inexistants à ce jour en milieu urbain.

  • En matière sociale

Création d’une structure coopérative à gouvernance partagée pour l’exploitation de la future tour maraîchère.

Renforcement de la mixité sociale du quartier dont la population bénéficiera des retombées directes et indirectes (image du quartier, production et vente de fruits et légumes sains, animations pédagogiques et formation).

Développement du lien social à travers le déploiement d’activités et la création de lieux de rencontres.

  • En matière de développement économique

Développer une nouvelle filière économique : Le projet de tour maraîchère sera le point phare, lieu en partie ouvert au public, d’une exploitation agricole élargie sur l’ensemble du territoire

Renforcer l’écosystème local pour une alimentation durable : Cette filière économique sera complémentaire (et non concurrente) à l’agriculture traditionnelle péri-urbaine renforçant ainsi un écosystème territorial existant.

  • En matière de santé et développement durable

Un lieu de sensibilisation innovant complémentaires aux politiques publiques menées par la Ville en terme de santé et d’éducation.

Un lieu de consommation et achat responsable de produits frais.

Un lieu de sensibilisation, pédagogie et formation

La Cité maraîchère sera le lieu central d’une exploitation multiforme à l’échelle du territoire. Ouverte à tous, elle accueillera de nombreuses actions de sensibilisation et de pédagogie à destination de tous les publics dans la continuité des actions déjà engagées depuis plusieurs années sur la ville.

Les espaces de réception ont été pensés pour optimiser le lieu et ses usages :

  • Au rez de chaussée de la tour ouest : une salle d’atelier de 123 m² divisible et une serre pédagogique de 45 m² seront les lieux d’accueil de tous les ateliers et séminaires.
  • Au premier étage : une mezzanine permettra de compléter l’offre d’espaces accessibles au public en donnant à voir le premier niveau de l’exploitation maraîchère.

Différents niveaux d’intervention en fonction des publics seront déployés :

  • des jardins pédagogiques ouverts pour les écoles et autres publics du quartier (retraités, associations…),
  • des actions de sensibilisation auprès des jeunes comme des personnes âgées et des habitants du quartier, sur des thématiques plus larges que celles de l’agriculture urbaine stricto sensu : recyclage, économies d’énergie, d’eau…
  • un cycle permanent d’ateliers pour les jardiniers amateurs,
  • des cycles de formations techniques pour des publics spécialisés,
  • le départ de balades urbaines spécialisées en agriculture urbaine,
  • l’impulsion d’une « grainothèque » à la médiathèque Romain-Rolland.

Pour répondre aux besoins de tous les publics, le lieu participera activement à la vie du quartier tout autant qu’au rayonnement du territoire à travers son restaurant et sa programmation d’activités. Tout au long de l’année des événements spécialisés seront organisés à destination de divers publics, y compris des entreprises qui pourront accéder à une offre de salles équipées et de contenus thématiques pour leurs événements. Au rez-de-chaussée, un espace de vente « agriculture urbaine » rendra accessible au public les productions des étages mais aussi la culture et les outils de l’agriculture urbaine : revues, guides pratiques, graines, outils de jardinage… Accolé, un restaurant prolongera cette intention avec une cuisine fraîche, locavore, faisant la part belle aux produits de saison.

Une innovation architecturale et technique

Dévoilé en février 2016 le projet de la Cité Maraîchère a été conçu dans le cadre d’un concours restreint de maîtrise d’œuvre sur esquisse lancé en 2015, afin d’assurer la réalisation du bâtiment maraîcher. Le projet de l’équipe Ilimelgo, Secousses, Scoping, Etamine, Terreauciel, Land’act, a été retenu.

Principes de construction

Le cahier des charges de la consultation exigeait une cohérence entre l’ambition d’une efficacité fonctionnelle au service d’une exploitation maraîchère responsable et l’intégration du bâtiment dans le site pour créer un lieu d’échanges et d’accueil du public.

Les besoins essentiels recherchés dans l’architecture du bâtiment :

  • l’apport en lumière naturelle pour permettre le meilleur rendement possible des cultures,
  • la protection solaire et thermique,
  • la lisibilité des accès.

Le parti pris de l’équipe de maîtrise d’œuvre a été de répartir la surface d’exploitation sur deux ailes : le dédoublement de façades a permis de régler finement les altimètres pour limiter les ombres portées et favoriser ainsi le développement des cultures.

Un bâtiment innovant

La disposition, les volumes et matériaux ont été pensés pour maximiser l’apport de lumière naturelle. Les aménagements intérieurs, locaux techniques et de stockages permettront de répondre aux besoins des exploitants en assurant des conditions de travail optimales.

Pour assurer une production écologique le projet prévoit une ventilation naturelle, la récupération des eaux de pluie et l’utilisation de compost.

Enfin, soucieux de porter un projet durable, les concepteurs du projets ont imaginé une enveloppe renforcée pour une meilleure isolation du bâtiment, des écrans mobiles et thermiques visant à limiter les déperditions de chaleur en hiver et à lutter contre la surchauffe en été. La gestion et le contrôle des installations techniques seront optimisées afin de permettre une régulation fine de l’irrigation.  Enfin, l’utilisation de matériaux bio-sourcées à été privilégiée (isolation en bottes de paille et fibre de bois).

Un nouveau modèle d’exploitation agricole

L’activité maraîchère en bacs de culture

Les bacs de culture sur substrat organique sont des unités de production hors sol. Ces bacs ont été adaptés à la culture de plantes maraîchères à l’aide d’un travail sur les substrats, les matériaux employés ou encore le système d’irrigation. Ce type de culture est actuellement mis en place dans des structures de fermes sur les toits comme dans la structure commerciale de Brooklyn Grange à New York. En France, ce mode de culture en bacs, initié par AgroParisTech répond à une demande sociétale émergente associée à sa facilité de mise en place et à ses avantages environnementaux (production sur sol impropre à la culture par exemple) et économiques (peu d’investissement, coûts de fonctionnement relativement faibles).

Un substrat issu à 100% de produits résiduaires organiques

L’objectif est de valoriser des déchets urbains dans une logique d’économie circulaire. Un projet de recherche (CASDAR Techn’AU), basé sur les travaux d’AgroParisTech,vise a préciser le substrat qui sera utilisé en fonction des ressources locales : l compost produit dans la tour, l compost de cantines scolaires, l marc de café mycorhizé produit sur place, l bois raméal fragmenté (BRF)… Ses avantages sont multiples : faible coût, légèreté, rendements élevés…L’objectif est de recréer un écosystème «sol» en favorisant la vie tellurique (champignons,vers de terre…).

Un système de culture intégré et évolutif

La conception de la ferme urbaine de Romainville a été optimisée en intégrant de nombreux paramètres: problèmes de portance, diffusion de la lumière dans les étages, irrigation intégrée… Les bacs de culture ont des profondeurs de substrat différentes (30 et 50 cm) et certains bacs sont agencés sur deux niveaux superposés. L’irrigation se fait au goutte-à-goutte avec un système programmable dont le débit est ajustable par zones de plantation nécessitant les mêmes apports.

Les partenaires du projet

Les pouvoirs publics soutiennent activement ce projet et participent largement à l’investissement.

La Région Île-de-France soutient le développement de l’agriculture urbaine à Romainville dans le cadre de l’appel à projet «100 quartiers innovants et écologiques». Subvention régionale attendue: 1 022 552,53 euros HT.

L’État et la Métropole du Grand Paris dans le cadre de la dotation de soutien à l’investissement public local ont attribué une subvention de 1 000 000 d’euros pour la construction de la tour maraîchère.

 

 

 

 

 

La Métropole du Grand Paris dans le cadre du Fond d’investissement métropolitain a attribué au projet une subvention de 100 000 euros.

Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis s’est engagé à soutenir le projet à travers une subvention de 250 000 euros.

Des partenaires privés s’associent également au financement de la Cité Maraîchère.

Afin d’accompagner le projet dans la durée, dans une logique de co-construction, la Ville a mis en place un Conseil Scientifique composé de représentants des partenaires financiers publics et privés ainsi que d’experts.